PARIS – Conférence « L’impact des transports collectifs sur l’immobilier : l’exemple du Grand Paris Express » par Benoît LABAT

/ A la une, Actualités, Campus Paris, Conférences, Marché de l'immobilier

Jeudi 29 novembre, Benoît Labat – Directeur de la Valorisation et du Patrimoine de la Société Grand Paris (SGP) – est intervenu dans le cadre de nos conférences « Prestige », auprès de nos étudiants en Mastère Manager en Aménagement et Promotion Immobilière (MAPI) à l’ESPI Paris, sur le sujet « L’impact des transports collectifs sur l’immobilier : l’exemple du Grand Paris Express ».

Créée en 2010, la Société du Grand Paris a pour vocation de construire, valoriser, aménager et gérer du patrimoine immobilisé (gares et infrastructures).

Le Grand Paris répond à des enjeux clés :

  • Compétition internationale des villes entre elles
  • Pénurie de logements
  • Pollution
  • Congestion des infrastructures de transports
  • Déséquilibres sociaux et territoriaux

 

 

Le projet est né du constat suivant : alors qu’en 1945, le métro reliait 75% des franciliens ; aujourd’hui, 85% d’entre eux ne sont pas (ou mal) desservis. Les transports collectifs sont saturés par l’obligation de traverser Paris, alors que l’essentiel des mouvements se fait de banlieue à banlieue.

Le Grand Paris Express est le plus grand projet urbain en Europe.

Les objectifs du futur réseau :

  • Renforcer le développement
  • Créer une rocade avec une transversale et 3 boucle en forme de 8
  • Désenclaver les zones difficiles et les zones périphériques

Le projet du futur réseau :

  • 200 kms de lignes automatiques, en plus des 400kms existants en IDF (métro & RER)
  • 4 nouvelles lignes : 15, 16, 17, 18, connectées au réseau de transport existant
  • Prolongement nord/sud de la ligne 14
  • 68 nouvelles gares

Les travaux ont démarré en 2015, le réseaux sera mis en service de façon échelonnée entre 2024 et 2030.

Le Grand Paris Express, un moteur pour le logement :

  • 6 000 parcelles foncières à acquérir, dont 5 000 en sous-sol
  • 5 000 logements construits sur ou aux abords immédiats des gares, dont plus de 1 000 déjà validés
  • 140 km² de nouveaux « quartiers de gare » dont 105 km² dans Paris intra-muros

Benoît LABAT a également présenté le projet, les futures infrastructures, le financement et l’impact économique de ce chantier hors normes.